News

La population ovine et caprine analysée pour la première fois

Cela n'avait jamais été fait auparavant : pour la première fois, on dispose de données dynamiques sur la population d'ovins et de caprins en Suisse. Cela est rendu possible par l'obligation de déclaration des petits ruminants, que la Confédération a introduit au début de l'année pour lutter contre les maladies animales et pour garantir la traçabilité des animaux et des denrées alimentaires d'origine animale. À l'instar des propriétaires de bovins et d'équidés, les propriétaires d'ovins et de caprins déclarent désormais également les naissances et les mouvements au niveau de chaque animal dans la base de données sur le trafic des animaux (BDTA).

Plateforme Statistiques Animales avec encore plus de données
Cela fait maintenant près de neuf mois qu'elle a été introduite. En tant qu'opérateur de la BDTA, nous n'avons pas manqué l'occasion de soumettre les données communiquées à une analyse plus détaillée. Nous offrons les informations qui en résultent à l'industrie et aux autres parties intéressées sous forme agrégée sur la plateforme Statistiques Animales, que nous avons également développée ce printemps.

Les propriétaires d'animaux signalent de façon exemplaire
Les résultats de la plateforme de statistiques animales montrent que les propriétaires d'animaux ont jusqu'à présent mis en œuvre la déclaration des données individuelles des animaux dans la BDTA de manière consciencieuse : Les données correspondent aux données structurelles connues jusqu'à présent sur les cheptels et les unités d'élevage de l'Office Fédéral de la Statistique. Les commandes de marques auriculaires et les rapports d'abattage se situent également dans la fourchette des valeurs connues et attendues. Outre la Confédération, le commerce, l'assurance qualité, l'élevage et la gestion générale des populations animales en Suisse bénéficient également de ces résultats. Les données et tendances clés qui ont émergé des analyses peuvent également aider les différents acteurs des filières ovine et caprine dans leur prise de décision.

    Restez au courant
    Sur notre page Facebook sont publiés les nouveaux faits de la plateforme de statistiques animales. Sous la devise « Saviez-vous que... ? », vous trouverez désormais des informations courtes, toujours actuelles et passionnantes, sur les statistiques relatives au bétail et aux animaux de compagnie. Suivez-nous et restez à jour !

    Les principaux résultats en un coup d'œil

    • Depuis janvier 2020, environ 332 000 moutons au total ont été enregistrés pour la première fois et 181’000 naissances ont été enregistrées. Au cours de la même période, environ 107’000 moutons ont été abattus.
    • Depuis janvier 2020, un total d'environ 80’000 chèvres ont été enregistrées pour la première fois et 53’000 naissances ont été enregistrées. Au cours de la même période, environ 29’000 chèvres ont été abattues.
    • Le canton de Berne possède le plus grand nombre de moutons, devant les Grisons, le Valais et Saint-Gall. Pour les chèvres, le canton de Berne mène à nouveau, suivi par les Grisons, Saint-Gall et le Tessin.
    • Environ 9’500 unités d'élevage d'ovins et 6'700 unités d'élevage de caprins relèvent du nouveau BDTA élargi pour les petits ruminants.
    • Parmi les moutons, le Blanc des Alpes, le Brun noir du pays, le Mouton à tête brune du pays et le Nez noir du Valais dominent les troupeaux. De nombreux petits troupeaux représentent une part importante de la population ovine actuelle. Les brebis laitières sont principalement des brebis Lacaune et Frison oriental.
    • Parmi les chèvres, l’Alpine chamoisée, la chèvre de Gessenay et la grisonne à raies. Les petits stocks comptent de nombreuses populations locales de chèvres, dont certaines sont menacées. La population relativement élevée de la chèvre Boer, connue comme une race à viande, est frappante.
    Retour